Les thénardier : Méchants codifiés de la littérature

  • Prenons un autre exemple de méchants dans la littérature classique. Les Thénardier dans les misérables de Victor Hugo de 1862. Le roman « Les Misérables » paraît pour la première fois en 1862. Il esquisse en cinq tomes le portrait de la France du XIXe siècle et de ses injustices sociales. Victor Hugo nous fait suivre, pas à pas, la vie du bagnard Jean Valjean du retour du bagne jusqu’à sa mort. Autour de lui gravitent des personnages qui vont, pour certains, donner leur nom aux différents tomes du roman. Ils sont témoins de la misère de ce siècle étant misérables eux-mêmes ou proches de la misère : Fantine, Cosette, Marius, les Thénardier et le représentant de la loi Javert.
  • Le premier tome des misérables est intitulé « Fantine ». Fantine est une femme qui a été abandonnée par son amant. C’est la mère célibataire de la petite Cosette. Rejetée par la société, elle doit se débrouiller seule pour subvenir à ses besoins et ceux de sa fille. Fantine ne peut pas garder son enfant, car elle doit retourner à sa ville natale pour y chercher du travail. C’est pourquoi elle confie sa fille, Cosette, aux Thénardiers, un couple tenant une auberge. Ceux-ci acceptent de la garder moyennant une pension mensuelle que devra leur verser Fantine. Cosette devient alors la servante des Thénardier.
1108050839071200058550646

Cosette chez les Thénardier

Les Thénardier sont un couple d’aubergiste sordides ayant 5 enfants, deux filles (Azelma et Eponine) et trois garçons dont Gavroche. Ils exploitent Cosette, la font travailler dans des conditions terribles,et la batte. Ils représentent la basse société du 19ème siècle. Mais ils sont caricaturés en monstre. Ils représentent le mal total puisque dans les misérables critique de la société, Victor Hugo veut montrer toute la monstruosité que peut faire un humain. Les Thénardier figures de « méchants » s’opposent clairement aux règles, codes et valeurs des « gentils« .

Voici deux extraits du roman les décrivant :

« Elle jurait splendidement ; elle se vantait de casser une noix d’un coup de poing. Sans les romans qu’elle avait lus, et qui, par moments, faisaient bizarrement reparaître la mijaurée sous l’ogresse, jamais l’idée ne fût venue à personne de dire d’elle : c’est une femme. Cette Thénardier était comme le produit de la greffe d’une donzelle sur une poissarde. Quand on l’entendait parler, on disait : C’est un gendarme ; quand on la regardait boire, on disait : C’est un charretier ; quand on la voyait manier Cosette, on disait : C’est le bourreau. Au repos, il lui sortait de la bouche une dent. »

« Le Thénardier était un homme petit, roux, ridé, poilu, costaud, et avait des cheveux sales. Il incarnait un homme physiquement répugnant. Il était naïf, peu intelligent, éduqué dans la méchanceté et le travail, sans aucun sentiment. Il était franc, tout de même, il avait pendant la guerre perdu son bras, coupé par un soldat ennemi, et depuis il avait une colère envers tout soldat. C’était un homme sans scrupules, méchant, prétentieux, égoïste. Thénardier était aussi alcoolique et violent. C’est un homme qui a des idées politiques racistes, bref, un homme horrible. Quand il parlait, on entendait un perroquet : il répétait tout ce qu’il entendait ; quand il marchait on disait : c’est un ogre. L’ogre Thénardier, voilà comment l’imaginer. Cet homme et cette femme, c’était ruse et rage mariés ensemble, attelage hideux et horrible. »

Extrait des misérables, deuxième partie,livre troisième ;Victor Hugo.

Ils sont décrits de façon très péjorative. Cela est visible grâce aux nombreux adjectifs tous plus réducteurs les uns que les autres qui sont utilisés par Victor Hugo. Cet extrait nous montre bien qu’ils possèdent de nombreuses caractéristiques attribuées normalement aux « méchants ».

VIOLENTS : Notamment la femme Thénardier qui rue de coup Cosette et qui, comme on le voit dans le premier extrait est même décrite comme le « bourreau » de Cosette. C’est à dire une personne qui torture, fait souffrir.

PRÉTENTIEUX ET ÉGOÏSTE: En effet, le couple se vante sans arrêt contrairement aux héros ou « gentils » dont l’une des principales valeurs est l’humilité. De plus, ils ne pensent qu’à eux et leurs intérêts personnels si bien qu’ils s’opposent encore à l’une des valeurs essentielles des héros, le sacrifice et la résilience.

MONSTRUEUX : En effet, cette notion est très présente puisque l’on voit dans les deux extraits qu’ils sont comparés à des ogres, l’un comme l’autre donc à des monstres. De plus leur physique est décrit comme très laid. Cela renforce le dégoût du lecteur et l’antipathie à leur égard contrairement aux « gentils ».

MANIPULATEUR ET MALHONNÊTE: En effet, dès le début du roman ils mentent à Fantine lorsqu’ils lui disent qu’ils s’occuperont bien de sa fille, tout cela pour obtenir son argent.

VOLEURS ET AVARES: En effet, le sinistre Thénardier a fait fortune en détroussant les morts de Waterloo lors de la bataille. Il ne vit que pour s’enrichir et cela à n’importe quel prix, même à voler des morts, des gens dans la misère comme Fantine ou en exploitant des enfants comme Cosette. Les Thénardiers représentent ainsi l’un des péchés capitaux : l’avarice.

les-miserables

«Le Radical publie Les Misérables par Victor Hugo», Bibliothèque nationale de France.

HORS LA LOI: En effet, le couple de Thénardier escroquent les gens et collaborent même parfois avec les meneurs de la pègre parisienne pour faire des coups de plus grande envergure.

MEURTRIERS SANS SCRUPULES : C’est l’une des choses qui font des Thénardier, des méchants représentant le mal total, des super-vilains de la littérature classique. En effet, ils commettront ou essayerons de commettre le meurtre comme dans le chapitre du roman intitulé «Patron-minette» où les Thénardier-Jondrette et Eponine leur fille, qui fait sa première apparition dans le roman, vont tenter de voler et de tuer monsieur Leblanc, fausse identité de Jean Valjean. Cependant, si cette tentative de meurtre échoue les Thénardier ont bel et bien commis un meurtre. Il s’agit de celui indirect de Fantine. En effet, les Thénardier savaient que Fantine était très pauvre, mais n’ont cependant pas cessé d’augmenter la pension qu’elle leur devait, la précipitant encore plus loin dans la misère. Pour continuer à leur verser une pension mensuelle devenue exorbitante, et après avoir perdu son emploi, Fantine a dû vendre ses cheveux et ses dents de devant, puis, à bout de ressources, a été contrainte de se prostituer dans la rue avant de mourir en février 1923. En la plongeant dans la misère, les Thénardier l’ont donc tué petit à petit et sans scrupules puisqu’ils savaient très bien ce qu’ils faisaient en augmentant la pension qui était déjà presque impossible à payer pour Fantine. Ils sont aussi sans scrupules, car ils ont exploité et frappé une fillette sans aucun remords.

Les-Miserables-Annie-Leibovitz-VOGUE-Sacha-Baron-Cohen-Helena-Bonham-Carter
Les Misérables, Tom Hooper, 2012, les Thénardiers

Ce sont des modèles de triche/vol/appât du gain et de brutalités. En effet, ils sont prêt à tout pour l’argent, même à faire travailler de force et dans d’atroces conditions des enfants comme Cosette. Ils sont manipulateurs, violents et dénués de remords.

Il existe donc des méchants, dans la littérature classique, comme les Thénardier qui représentent le mal total sans aucune transgression, car ils ne représentent aucune valeur positive. Ils agissent et vivent sans un minimum de bien en eux. Tous les codes et valeurs qui qualifient les héros sont alors inversés faisant de ces personnages des super-vilains/méchants représentant seulement le mal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s