cropped-tpe1.jpg

“Le mal existe, mais non pas sans le bien, comme l’ombre existe, mais non sans la lumière.” a dit un jour, Alfred de Musset dans son œuvre, “Lorenzaccio”, en 1833. On retrouve ces deux valeurs dans la littérature, héros et personnages sont dissociés en deux groupes distincts. D’un côté, ceux qui représentent le mal et de l’autre, ceux qui représentent le bien. L’un et l’autre étant nécessaires à leur existence. On peut alors parler d’un univers manichéen.  Un univers manichéen, c’est un univers qui considère les choses et les actions soient comme bonnes, ou soient comme mauvaises. Il n’y a pas d’entre deux. Le mal et le bien sont donc distinctement séparés. On a donc les “méchants” d’un côté et les “gentils” de l’autre. Dans la littérature, les “méchants” appelé également les super-vilains dans les comics sont les personnages mauvais, ceux que l’on doit blâmer, ceux qui possèdent tous les défauts. Ils ne sont donc pas du tout des personnages enviables contrairement aux “gentils”, ou super-héros qui eux possèdent toutes les qualités enviables, qui sont de réels modèles, des exemples à suivre. On peut alors se demander si super-héros et super-vilains évoluent toujours dans un univers manichéen.

Dans un premier temps, nous verrons les règles, codes, valeurs des super-héros et des super-vilains. Ensuite, nous étudierons les héros et les vilains qui ne respectent pas ses valeurs.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s