cropped-tpe1.jpg

“Le mal existe, mais non pas sans le bien, comme l’ombre existe, mais non sans la lumière.” a dit un jour, Alfred de Musset dans son œuvre, “Lorenzaccio”, en 1833. On retrouve ces deux valeurs dans la littérature, héros et personnages sont dissociés en deux groupes distincts. D’un côté, ceux qui représentent le mal et de l’autre, ceux qui représentent le bien. L’un et l’autre étant nécessaires à leur existence. On peut alors parler d’un univers manichéen.  Un univers manichéen, c’est un univers qui considère les choses et les actions soient comme bonnes, ou soient comme mauvaises. Il n’y a pas d’entre deux. Le mal et le bien sont donc distinctement séparés. On a donc les “méchants” d’un côté et les “gentils” de l’autre. Dans la littérature, les “méchants” appelé également les super-vilains dans les comics sont les personnages mauvais, ceux que l’on doit blâmer, ceux qui possèdent tous les défauts. Ils ne sont donc pas du tout des personnages enviables contrairement aux “gentils”, ou super-héros qui eux possèdent toutes les qualités enviables, qui sont de réels modèles, des exemples à suivre. On peut alors se demander si super-héros et super-vilains évoluent toujours dans un univers manichéen.

Dans un premier temps, nous verrons les règles, codes, valeurs des super-héros et des super-vilains. Ensuite, nous étudierons les héros et les vilains qui ne respectent pas ses valeurs.

 

Publicités

Les règles, codes et valeurs des Héros

Les comics américains sont des bandes dessinées qui font parties intégrante de la littérature américaine et relatent les aventures de nombreux super-héros comme Superman et Batman.

Superman :  Icône culturelle incontestable, Superman a été créé en janvier 1933 par l’écrivain américain Jerry Siegel et l’artiste canadien Joe Shuster. Il apparaît pour la première fois dans une action comics en juin 1938. Superman est un bébé lorsqu’il est envoyé de sa planète Krypton à la terre. Très vite, Clark Kent développe des capacités hors du commun et utilise de façon anonyme ses pouvoirs pour aider ceux qui en ont besoin. Après avoir utilisé ses pouvoirs en publics pour éviter une catastrophe, il devient exposé à l’attention du public, Clark va alors assumer son nouveau rôle de super-héros en adoptant le surnom donné par Loïs, sa future petite amie : Superman. Superman va très vite devenir un modèle et le plus grand héros de la Terre.

comics-superman

Action Comics n°1, June 1938, the debut of Superman, cover art by Joe Shuster.

Batman : Il a été créé par le dessinateur Bob Kayne et le scénariste Bill Finger, et est apparu pour la première fois dans le comic book : « Detective Comic » no 27 parut le 30 mars 1939. C’est un super-héros qui se détache du modèle à succès à qui il doit sa création, Superman, puisqu’il n’a aucun pouvoir surhumain. Il n’est qu’un humain nommé Bruce Wayne décidé à lutter contre le crime après avoir vu ses parents abattus par un voleur dans une ruelle de Gotham City, la ville où se déroulent la plupart de ses aventures. Malgré sa réputation de héros solitaire, il sait s’entourer d’alliés, comme Robin,, son maître d’hôtel Alfred Pennyworth ou encore le commissaire de police James Gordon.

7799301939batmandetectivecomics27

Detective Comics n°27,May 1939, the debut of Batman, cover art by Bob Kane.

On peut voir que ces héros suivent des règles, codes et valeurs qui déterminent leur appartenance au bien.

  • Une des règles du héros est de ne pas tuer, de ne pas commettre de meurtre. C’est ainsi le cas pour Superman ou bien pour Batman qui n’a “qu’une seule règle” celle de ne pas tuer. Batman s’entête à refuser le meurtre malgré les protestations de son ancien partenaire Jason Todd, car il pense que ce serait un choix trop facile. Il montre alors la raison pour laquelle bon nombre de super-héros refusent le recours au meurtre. Le meurtre représente l’état d’esprit des vilains, car il ne demande aucun contrôle de soi. Choisir cette voie, c’est choisir la facilité. C’est la limite à ne pas franchir selon certains héros, car ce n’est pas la voie de la justice étant donné que l’on décide de la mort d’une personne par un simple jugement appréciatif.

       Batman

  • Sacrifice et résilience : C’est une valeur commune à tous les super-héros : une grande force d’esprit et une grande résilience. C’est-à -dire qu’ils ont réussi à surmonter un événement traumatique pour ne plus vivre dans la dépression et se reconstruire. Les super-héros se montrent toujours très résistants psychologiquement. Pour la plupart, ils ont connu des traumatismes qui les ont poussés à devenir des justiciers. Les parents de Batman ont par exemple été assassinés. Après la mort de ses parents, Bruce Wayne, alias Batman cherche à développer ses facultés afin de combattre le crime. De plus, la plupart des super-héros rencontrent de nombreux problèmes personnels : l’amour impossible par exemple comme Superman alias Clark Kent avec Loïs Lane, amour impossible car il ne peut pas lui révéler sa véritable identité, la solitude, ou encore l’adversité face au criminel ou bien face à certains citoyens qui ne les apprécient pas. Par exemple, Bruce Wayne/Batman vit reclus dans son manoir et abandonne l’idée d’une vie normale tandis que Superman se retire dans sa forteresse de la solitude, seul lieu où il peut se retrouver lui-même. On se rend donc compte que les super héros ont les mêmes problèmes que la plupart des gens en plus de ceux de leur vie de justicier. Ils le savent, mais persistent dans cette voie, se sacrifiant ainsi. Cette résilience et sens du sacrifice fait d’eux des exemples à suivre.
  • Humilité : La plupart des super-héros ne se servent pas de leurs statuts de “surhomme” pour améliorer leurs quotidiens. Ils n’ont jamais recours au vol et ne capitalisent pas leurs images. Ainsi certains héros comme superman travaillent même très dur pour gagner leurs vies. Superman est ainsi journaliste. Une honnêteté qui montre une certaine modestie puisque ces personnages prennent leurs rôles pour une charge plutôt qu’un tremplin.

Superman

  • Bravoure : En outre le super-héros est un personnage courageux. Bien que généralement bénéficiaire de super pouvoirs, d’une technologie supérieure ou encore très entraîné, il n’en reste pas moins faillible et a des faiblesses. Ainsi, malgré ses équipements Batman reste un homme normal dénué de super pouvoirs et Superman lui, est affecté par la kryptonite. Les héros sont conscients de leurs vulnérabilités, mais décident malgré tout de combattre le crime, ce qui montre leur bravoure et combativité.

Tous ces codes, règles et grandes valeurs, montrent que les héros qui les respectent parfaitement sont des héros qui rassemblent tous les critères pour être des exemples parfaits. Ils représentent le bien sans aucune transgression puisqu’ils ne véhiculent que des valeurs positives.

Les Super-vilains, figures inverses du héros

Les super-vilains de la littérature possèdent souvent des valeurs contraires à celles des super-héros. Leurs règles, codes et valeurs, sont donc totalement inversées. En effet, ils font partit de la catégorie des méchants. Un méchant est un personnage incarnant le mal, manifestant de la malveillance et ayant la volonté de nuire. Il apparaît généralement dans la fiction et la littérature et s’oppose en général au personnage appelé le “gentil”.

Brave and the Bold Vol 1 n°111, March, 1974

Ils représentent donc seulement le mal et sont la figure inverse du héros. Le rôle des méchants est ainsi en partie de mettre en valeur les “bonnes’ actions du héros qui prenne leur sens dans un contexte de lutte et d’opposition.

Ces super-vilains possèdent donc eux aussi des codes. Cependant, ils sont totalement contraires à ceux des super-héros qui représentent le bien. Le meurtre est l’un des codes qui caractérisent le mieux les super-vilains.

Prenons par exemple le cas du Joker. Le Joker est un personnage créé par Jerry Robinson, Bill Finger et Bob Kane. Il apparaît dans les comic books de DC comics. Sa première apparition fut dans le « Batman » #1 de printemps 1940. C’est un clown assassin, génie du crime et pire ennemi de Batman.

Celui-ci tue de nombreuses personnes. En effet, il est notamment l’auteur de l’assassinat du second de Batman, Robin alias Jason Todd et de nombreuses autres personnes sans même parfois avoir une raison valable. En tuant il véhicule ainsi l’un des fondement du mal absolu, le crime.

images

Batman VS Joker

De plus,si Batman représente la justice et une volonté d’ordre, Le Joker représente la folie et le chaos. En effet, c’est un personnage protéiforme, c’est-à-dire qu’il n’a pas de personnalité propre, il est imprévisible et change sans cesse de personnalité passant de clown blagueur au tueur en série. De plus, il est profondément cruel, violent et sadique, s’opposant ainsi clairement aux valeurs des super-héros. Il est manipulateur et peut faire douter n’importe qui même les gens avec qui il collabore dans ses crimes.

Joker

  Joker

Il s’oppose à une autre règle importante des héros, l’humilité. En effet, il est complètement égocentrique et narcissique.

La plus grande différence qui oppose le Joker au super-héros, en l’occurence Batman, est son manque total d’éthique et de morale. En effet, il fait le mal pour le mal, car cela l’amuse.

Nous avons donc ici un personnage qui représente le mal total. Le Joker représente le mal incarné, il ne désire que faire le mal sans aucune tendance vers le positif.

Les thénardier : Méchants codifiés de la littérature

  • Prenons un autre exemple de méchants dans la littérature classique. Les Thénardier dans les misérables de Victor Hugo de 1862. Le roman « Les Misérables » paraît pour la première fois en 1862. Il esquisse en cinq tomes le portrait de la France du XIXe siècle et de ses injustices sociales. Victor Hugo nous fait suivre, pas à pas, la vie du bagnard Jean Valjean du retour du bagne jusqu’à sa mort. Autour de lui gravitent des personnages qui vont, pour certains, donner leur nom aux différents tomes du roman. Ils sont témoins de la misère de ce siècle étant misérables eux-mêmes ou proches de la misère : Fantine, Cosette, Marius, les Thénardier et le représentant de la loi Javert.
  • Le premier tome des misérables est intitulé « Fantine ». Fantine est une femme qui a été abandonnée par son amant. C’est la mère célibataire de la petite Cosette. Rejetée par la société, elle doit se débrouiller seule pour subvenir à ses besoins et ceux de sa fille. Fantine ne peut pas garder son enfant, car elle doit retourner à sa ville natale pour y chercher du travail. C’est pourquoi elle confie sa fille, Cosette, aux Thénardiers, un couple tenant une auberge. Ceux-ci acceptent de la garder moyennant une pension mensuelle que devra leur verser Fantine. Cosette devient alors la servante des Thénardier.
1108050839071200058550646

Cosette chez les Thénardier

Les Thénardier sont un couple d’aubergiste sordides ayant 5 enfants, deux filles (Azelma et Eponine) et trois garçons dont Gavroche. Ils exploitent Cosette, la font travailler dans des conditions terribles,et la batte. Ils représentent la basse société du 19ème siècle. Mais ils sont caricaturés en monstre. Ils représentent le mal total puisque dans les misérables critique de la société, Victor Hugo veut montrer toute la monstruosité que peut faire un humain. Les Thénardier figures de « méchants » s’opposent clairement aux règles, codes et valeurs des « gentils« .

Voici deux extraits du roman les décrivant :

« Elle jurait splendidement ; elle se vantait de casser une noix d’un coup de poing. Sans les romans qu’elle avait lus, et qui, par moments, faisaient bizarrement reparaître la mijaurée sous l’ogresse, jamais l’idée ne fût venue à personne de dire d’elle : c’est une femme. Cette Thénardier était comme le produit de la greffe d’une donzelle sur une poissarde. Quand on l’entendait parler, on disait : C’est un gendarme ; quand on la regardait boire, on disait : C’est un charretier ; quand on la voyait manier Cosette, on disait : C’est le bourreau. Au repos, il lui sortait de la bouche une dent. »

« Le Thénardier était un homme petit, roux, ridé, poilu, costaud, et avait des cheveux sales. Il incarnait un homme physiquement répugnant. Il était naïf, peu intelligent, éduqué dans la méchanceté et le travail, sans aucun sentiment. Il était franc, tout de même, il avait pendant la guerre perdu son bras, coupé par un soldat ennemi, et depuis il avait une colère envers tout soldat. C’était un homme sans scrupules, méchant, prétentieux, égoïste. Thénardier était aussi alcoolique et violent. C’est un homme qui a des idées politiques racistes, bref, un homme horrible. Quand il parlait, on entendait un perroquet : il répétait tout ce qu’il entendait ; quand il marchait on disait : c’est un ogre. L’ogre Thénardier, voilà comment l’imaginer. Cet homme et cette femme, c’était ruse et rage mariés ensemble, attelage hideux et horrible. »

Extrait des misérables, deuxième partie,livre troisième ;Victor Hugo.

Ils sont décrits de façon très péjorative. Cela est visible grâce aux nombreux adjectifs tous plus réducteurs les uns que les autres qui sont utilisés par Victor Hugo. Cet extrait nous montre bien qu’ils possèdent de nombreuses caractéristiques attribuées normalement aux « méchants ».

VIOLENTS : Notamment la femme Thénardier qui rue de coup Cosette et qui, comme on le voit dans le premier extrait est même décrite comme le « bourreau » de Cosette. C’est à dire une personne qui torture, fait souffrir.

PRÉTENTIEUX ET ÉGOÏSTE: En effet, le couple se vante sans arrêt contrairement aux héros ou « gentils » dont l’une des principales valeurs est l’humilité. De plus, ils ne pensent qu’à eux et leurs intérêts personnels si bien qu’ils s’opposent encore à l’une des valeurs essentielles des héros, le sacrifice et la résilience.

MONSTRUEUX : En effet, cette notion est très présente puisque l’on voit dans les deux extraits qu’ils sont comparés à des ogres, l’un comme l’autre donc à des monstres. De plus leur physique est décrit comme très laid. Cela renforce le dégoût du lecteur et l’antipathie à leur égard contrairement aux « gentils ».

MANIPULATEUR ET MALHONNÊTE: En effet, dès le début du roman ils mentent à Fantine lorsqu’ils lui disent qu’ils s’occuperont bien de sa fille, tout cela pour obtenir son argent.

VOLEURS ET AVARES: En effet, le sinistre Thénardier a fait fortune en détroussant les morts de Waterloo lors de la bataille. Il ne vit que pour s’enrichir et cela à n’importe quel prix, même à voler des morts, des gens dans la misère comme Fantine ou en exploitant des enfants comme Cosette. Les Thénardiers représentent ainsi l’un des péchés capitaux : l’avarice.

les-miserables

«Le Radical publie Les Misérables par Victor Hugo», Bibliothèque nationale de France.

HORS LA LOI: En effet, le couple de Thénardier escroquent les gens et collaborent même parfois avec les meneurs de la pègre parisienne pour faire des coups de plus grande envergure.

MEURTRIERS SANS SCRUPULES : C’est l’une des choses qui font des Thénardier, des méchants représentant le mal total, des super-vilains de la littérature classique. En effet, ils commettront ou essayerons de commettre le meurtre comme dans le chapitre du roman intitulé «Patron-minette» où les Thénardier-Jondrette et Eponine leur fille, qui fait sa première apparition dans le roman, vont tenter de voler et de tuer monsieur Leblanc, fausse identité de Jean Valjean. Cependant, si cette tentative de meurtre échoue les Thénardier ont bel et bien commis un meurtre. Il s’agit de celui indirect de Fantine. En effet, les Thénardier savaient que Fantine était très pauvre, mais n’ont cependant pas cessé d’augmenter la pension qu’elle leur devait, la précipitant encore plus loin dans la misère. Pour continuer à leur verser une pension mensuelle devenue exorbitante, et après avoir perdu son emploi, Fantine a dû vendre ses cheveux et ses dents de devant, puis, à bout de ressources, a été contrainte de se prostituer dans la rue avant de mourir en février 1923. En la plongeant dans la misère, les Thénardier l’ont donc tué petit à petit et sans scrupules puisqu’ils savaient très bien ce qu’ils faisaient en augmentant la pension qui était déjà presque impossible à payer pour Fantine. Ils sont aussi sans scrupules, car ils ont exploité et frappé une fillette sans aucun remords.

Les-Miserables-Annie-Leibovitz-VOGUE-Sacha-Baron-Cohen-Helena-Bonham-Carter
Les Misérables, Tom Hooper, 2012, les Thénardiers

Ce sont des modèles de triche/vol/appât du gain et de brutalités. En effet, ils sont prêt à tout pour l’argent, même à faire travailler de force et dans d’atroces conditions des enfants comme Cosette. Ils sont manipulateurs, violents et dénués de remords.

Il existe donc des méchants, dans la littérature classique, comme les Thénardier qui représentent le mal total sans aucune transgression, car ils ne représentent aucune valeur positive. Ils agissent et vivent sans un minimum de bien en eux. Tous les codes et valeurs qui qualifient les héros sont alors inversés faisant de ces personnages des super-vilains/méchants représentant seulement le mal.

Characters between the Good and the Bad : Robin Hood

Indeed, in the literature, there are sometimes characters who are not totally good or not totally bad in their actions. They break the rules, values and honor codes usually self-imposed by the super-heroes. It’is the case of the legendary character of Robin Hood.

gpc-410

Golden Picture Classic, Robin Hood de Simon et Schuster, 1957

Legend of Robin Hood holds he is a saxon noble who was deprived of his lands after he killed a deer in the propriety of the majesty. So, he left live in the forest of Sherwood where he created a little community of vagrants called “Marry men”.

This skilled archer steal the rich in favour of the poor. He steals possessions of the rich and give to the needy. Moreover, he give back to people the money of their taxescollected by the rich and nobles. We have chosen an extract of the famous american movie of Ridley Scott « Robin Hood » on 2010. This extract shows Robin Hood who is robbing the rich whith his vagrants team the « Marry Men » :

So, we can see Robin hood is a hero because he stand up for people underprivileged and the weak. He sacrifice his own life for help people in need. He has caracteristics of all heroes because he has many human qualities, he fights for something meaningful, he is brave, courageous, strong and daring. He wants to change a situation for better ans he accomplishes extraordinary deeds with his bow and arrows.

But, if Robin Hood is a do-gooder, he do the good in making also the bad. Indeed, Robin Hoods breaks some codes of super-heroes. First, he is an outlaw. He do bad action because he steal people, even it’s for give to the poor. And the first important, Robin hoods kill, he commits crimes. He doesn’t respect the law of his time, so he doesn’t represent the justice like the usual heroes. He respects  is own justice so, he is not an exemple like heroes. We can’t say he is the nice who fights against the wicked.

So, the character of Robin Hoods shows us, some heroes are differents. There are characters who are between the good and the bad.

Characters who « change sides ».

The autor of comics or else of novel sometimes look for break codes. They are creating Super Heroes or Super Villains who decide to change for become nasty or kind.

  • Dark Vador in the Star War story is a typical example of that.

Dark Vador

Dark Vador is a character of the story of Star Wars. Star Wars is a science fiction universe created in 1977 by the american screenwriter and producer of movies Georges Lucas . The story takes place in distant galaxy and is based on the struggle between the Jedi Knights who represent the light side of the Force and Sith who represent the dark side of the Force.

Dark Vador is a good exemple of characters who changes sides because at the beginning of the Stars Wars saga his name is Anakin Skywalker. He is a Jedi prophesied to bring balance to the light Force. Jedis are warriors who fight for the peace of the galaxy and endowed of powers. So, he is intended to do good. However, he joins the dark side of the Force and name changes to  Darth Vader or Dark Vador in french and becomes the Dark Lord Sith.He then becomes a ruthless commander who kills and tortures. So when he is Dark Vador, he represents the bad, he’s a shameless murderer. He follows the worst features of the wicked and villains. Even so at the end, he becomes again Anakin Skywalker so someone kind by seeing the sufferings of his son. He saves his son, Luke and kills Palpatine. Darth Vader died but he realizes his intended, the balance is restored in the Force.

Here is an extract from the movie of Georges Lucas of 1983, when Dark Vador and his son are fighting each other.

  • In the classical literature you can see heroes like Jacques Collins who decides to change. J.Collins is a character from the novels of french writer Honoré de Balzac in “The Human Comedy” series but he never appears with the same name or the same job. We chose the   extract of the book “Father Goriot”. In this book, the name of Jacques Collins is Vautrin. This passage relate the Vautrin’s arrest.

    The Human Comedy, Balzac

Vautrin in « Father Goriot »

“A sound of footsteps came from the garden,and again the rifles of several soldiers rang

on the cobblestones under the window. All chance of salvation by flight was cut off for Trompe-la-Mort, to whom all eyes instinctively turned. The chief walked straight up to him, and commenced operations by giving him asharp blow on the head, so that the wig fell off, and Collin’s face was revealed in all its ugliness. There was a terrible suggestion of strength mingled with cunning in the short, brick-red crop of hair, the whole head was in harmony with his powerful frame, and at that moment the fires of hell seemed to gleam from his eyes. In that flash the real Vautrin shone forth, revealed at once before them all; they understood his past, his present, and future, his pitiless doctrines, his actions, the religion of his own good pleasure, the majesty with which his cynicism and contempt for mankind invested him, the physical strength of an organization proof against all trials. The blood flew to his face, and his eyes glared like the eyes of a wild cat. He started back with savage energy and a fierce growl that drew exclamations of alarm from the lodgers. At that leonine start the police caught at their pistols under cover of the general clamor.”

 In this passage, who can see a man which looks like an animal.

“his eyes glared like the eyes of a wild cat”

So, Vautrin is compared to a wild cat and generally they are dangerous but the cat is also an animal mysterious. So the reader can be suspicious with regard to Vautrin.

The narrator also says:

“He started back with savage energy and a fierce growl that drew

exclamations of alarm from the lodgers.”

Vautrin in this passage, cries that is compared to a roar like lions’s roaring. And the lion is an animal dangerous, wild, unpredictable. It’s a predator and the king of the jungle. So, the reador can be afraid by him. Vautrin is seen as danger.

He is very dreadful in part when his wig falls we can see that his hair are red.

“the wig fell off, and Collin’s face was revealed in all its ugliness. There was a terrible suggestion of strength mingled with cunning in the short, brick-red crop of hair, the whole head was in harmony with his powerful frame, and at that moment the fires of hell seemed to gleam from his eyes.”

A person red-headed symbolizes the hell, the damnable, so a very not good person.

 In this passage, we can see the bad side of Vautrin. He is seen as an animal dangerous, and as a representation of hell and the absolute evil.

Moreover, in others passages of “The Human Comedy” Vautrin is a determined man. He

will do anything to achieve is goal even kill. He is a manipulator. He thus possesses all the characteristics of a villain.

 However during the different story,  we discover also a man with the good quality like in the story of “The splendors and miseries of courtesans”. In this novel his name is Carlos Herrera. He is a priest. I am going to read the end of this novel, because we can see that Carlos Herrera so Jacques Collins changes.

 “He remained a whole hour alone and forgotten in that little room. Monsieur de Granville arrived and found him gloomy, standing up, and lost in a brown study, as a man may well be who makes an 18th Brumaire in his life.The public prosecutor went to the door of the Countess’ room, and remained there a few minutes; then he turned to

Jacques Collin and said:

-« You have not changed your mind? »

-« No, monsieur. »

-« Well, then, you will take Bibi-Lupin’s place, and Calvi’s sentence will be commuted. »

-« And he is not to be sent to Rochefort? »

-« Not even to Toulon; you may employ him in your service. But these reprieves and your appointment depend on your conduct for the next six months as subordinate to Bibi-Lupin. »

Within a week Bibi-Lupin’s new deputy had helped the Crottat family to recover four hundred thousand francs, and had brought Ruffard and Godet to justice. The price of the certificates sold by Esther Gobseck was found in the courtesan’s mattress, and Monsieur de Serizy handed over to Jacques Collin the three hundred thousand francs left to him by Lucien de Rubempre.

The monument erected by Lucien’s orders for Esther and himself is considered one of the finest in Pere-Lachaise, and the earth beneath it belongs to Jacques Collin. After exercising his functions for about fifteen years Jacques Collin retired in 1845.”

 As you can see, Jacques Collins joined the rank of the police after the death of Lucien. This death made change him because he was in love with Lucien. So, he becomes a good person.

In conclusion in saga or in literature, some heroes change sides to become better or worse. Usually, they change because of their feelings.

 

Bibliographie

15/02/2015 :

Bibliographie des livres :

ROGEL, Thierry. Sociologie des super-héros. Hermann, “collection socièté et pensées”,  2012.

NIKOLAVITCH Alex, Mythe & super-héros, Lyon, Les Moutons Electiques, 2011.

SIEGEL Jerry & SWAN Curt, “La mort de Superman” dans Superman, n°149, Novembre 1DC Comics, 1961.

TOURNIER Michel, Le vol du vampire,Mercure de France,1981


Bibliographie des sites Internet:

WIKIPEDIA. Robin Hood.History of the legend .11 février 2015. Disponible sur :http://en.wikipedia.org/wiki/Robin_Hood .

PERRAUD, Alexandre. Super-héros/super vilains : Doppelgänger didactique et politique. Disponible sur :http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00840309/document .

BILLETTE, Caroline. Les super-héros : comment en vient-on a devenir fan? Disponible sur :http://www.academia.edu/6636199/LES_SUPER-HEROS_comment_en_vient-on_%C3%A0_devenir_fan_ .

Le 7ème Antiquaire. Pourquoi le Joker est la plus importante création littéraire du siècle. Disponible sur : http://7eantiquaire.blogspot.fr/2011/03/pourquoi-joker-est-la-plus-importante.html .

Amandine, Margot, Anaëlle. Une leçon de morale pour mettre en relief l’aspect manichéen du monde. Disponible sur : http://tpe.fressengeas.net/index.php/reperes-identitaires-pour-s-integrer-a-son-epoque/une-lecon-de-moral-pour-mettre-en-relief-l-aspect-manicheen-du-monde .

SYFY. Batman – Histoire, évolution et biographie Disponible sur : http://www.syfy.fr/dossier/batman-histoire-evolution-et-biographie .

ETUDIER. Dom juan; heros ou anti heros.Disponible sur : http://www.etudier.com/dissertations/Dom-Juan-Heros-Ou-Anti-Heros/10557.html.

Balzac007@laposte.net. Vautrin. Disponible sur: http://balzac.pagesperso-orange.fr/vautrin.htm